Piémont

Turin, la majesté à portée de main

Piémont

Turin, la majesté à portée de main

Une ville dessinée et orchestrée pour régner. Marcher au rythme obsédant de ses arcades généreuses, taillant droit vers les larges places aux corniches couleur crème. Ressentir la fougue créatrice d'un baroque singulier, concentré sur les effets de lumière et l'énergie des lignes de force. Rencontrer dans les grands cafés aux glaces biseautées, l'esprit bouillonnant du Risorgimento et de Camille Cavour, l'anti-fascisme d'Antonio Gramsci, la silhouette de l'écrivain Pavese, tout en imaginant la vague rouge des drapeaux des centrales syndicales bercer la sérénité de Piazza San Carlo.Turin: le destin hors normes d'une bourgade celtique surgie des marécages du Po.


Infos pratiques

Aventure du beau créée en juin 2016 pour les Amis du Musée d'art et d'histoire de Fribourg, Suisse, (30 personnes)

Adaptable sur mesure

Contact: info@aventuredubeau.com

 

Programme

Jour 1: pressentir, en Vallée de Suse, le royal destin de la ville

Départ matinal vers l'Italie à travers le Grand-Saint-Bernard. Savourer notre premier "caffè italiano" à Aoste, sur la belle place Chanoux, puis, l'oeil accroché par les nombreux châteaux qui la gardent, descendre la Grande Vallée. Le temps d'apprivoiser la plaine piémontaise des environs d'Ivrea et nous voilà déjà sur la "tangenziale" en route pour une silouhette magique qui, de sa position dominante, veille sur Turin: l'église fortifiée de la Sagra San Michele. Mais avant d'y accéder, nous irons bien sûr déjeuner dans la rose petite ville médiévale d'Avigliana, un bijou de briques gothiques moulées, campée au bord d'un lac abritant une importante réserve naturelle.

Montée en début d'après-midi à la Sagra San Michele sur son piton rocheux qui vit la conversion au christianisme du futur empereur Constantin et la victoire de Charlemagne sur les Lombards. Portail zodiacal roman, l'église haute et ses peintures, les tombeaux des princesses de Savoie, la vue incroyable sur le lien organique de Turin avec la France par-delà le col du Mont-Cenis. De quoi comprendre pourquoi Turin est devenue la ville des Savoie.

En fin de journée,nous entrerons à Turin par l'un des fameux Corsi qui relient la capitale piémontaise à ses collines environnantes. Installation à l'hôtel, situé dans le centre historique en face d'un beau jardin circulaire. En début de soirée, nous irons humer le centre-ville, à pied, par la Via Roma et la scénographique piazza San Carlo, jusqu'à piazza Castello, et, franchissant le parvis du Palais royal, jusqu'au quartier médiéval de Turin où nous dînerons dans une osteria amoureuse de la bonne cuisine.  

Jour 2 : quand les Savoie redessinent avec faste leur capitale rebelle

Matin. Traverser l'élégance des siècles pour rendre hommage à la pensée urbanistique des Savoie en quête de capitale, après leur victoire sur le roi de France en 1557. Profiter de l'harmonieuse Piazza San Carlo, ancienne place du marché, et de son fameux Caffè Torino, poursuivre par Piazza Castello, dessinée à la fin du 16e siècle sur le désir du duc Charles-Emmanuel I pour y enchâsser l'ancien château médiéval, aujourd'hui Museo d'Arte Antica de Turin et le relier au nouveau palais ducal. Clou du spectacle : l'église San Lorenzo, un des monuments les plus importants du baroque italien, chef d'oeuvre de Guarino Guarini (1668-87). Subtilité de lumières maîtrisées. Féerie des peintures et des stucs. Un petit coup d'oeil à la cathédrale et à la Sindona, du même Guarini, construite pour abriter le célèbre suaire qui aurait recueilli le Christ dans son tombeau, arrivé dans les mains des Savoie, au terme d'une histoire épique...

Pour déjeuner, nous nous rendrons en bus dans une délicieuse « cascina », à quelques kilomètres vers le sud, juste à l'entrée du vaste parc qui entoure la Palazzina di caccia de Stupinigi.  Erigée par Juvara vers 1729, pour Victor-Amédée II, le premier de la dynastie des Savoie à porter le titre de roi. Un pavillon de chasse et de fêtes inoubliable, rivalisant de prouesses artistiques et de magnificence avec le Schönbrunn de l'empire autrichien.

Retour en ville en fin de journée. Dîner et soirée libres. 

Jour 3 : rois de Piémont-Sardaigne, rois d'Italie, capitaines d'industrie, mécènes culturels, what else ?

Une matinée pour comprendre et sentir comment Turin et les Savoie deviennent, presque malgré eux, les fers de lance du mouvement politique et insurrectionnel du Risorgimento qui accouchera de l'unité d'Italie en dépit des Autrichiens, des Espagnols et des Français. Rendez-vous donc le matin à 10h00 à Piazza Carlo Alberto et, derrière la vaste et ondoyante façade en briques de Palazzo Carignano, gravir les escaliers stupéfiants qui menaient les députés à la Chambre du premier Parlement italien. Visite. Un petit tour du quartier des institutions scientifiques et culturelles de la Turin 19e siècle (Galleria Sabauda, Accademia delle Scienze, Museo Egizio, etc...),

Puis....le métro, cadeau des Jeux Olympiques, pour nous rendre (et déjeuner) dans le quartier du Lingotto, l'ancienne fabrique phare de la Fiat (1923), inspirée des usines Ford, avec sa fameuse piste d'essais automobiles sur le toit. Transformée en 1985 par Renzo Piano (Centre Pompidou, Fondation Beyeler) en espace d'exposition, elle abrite notamment la Pinacothèque Agnelli (de Raphaël aux Futuristes). Visite et retour à l'hôtel.

Repas en commun.

Jour 4: après la Fiat, le pari culturel de la Turin d'aujourd'hui

Check-out de l'hôtel et départ pour s'élever sur la douce colline de Superga qui domine Torino. Point de mire : la gigantesque basilique à plan central érigée par Filippo Juvarra entre 1717 et 1731 pour le roi Victor-Amédée II, après sa résistance victorieuse au siège de Torino mené par les troupes françaises et espagnoles. Mausolée de la famille royale Piémont-Sardaigne, son panorama exceptionnel sur la ville et ses alentours permet de percevoir l'extraordinaire pensée urbanistique qui a guidé sa reformulation de la fin du 15e au 18e siècle. Ensuite poursuivre vers le château de Rivoli, une des dernières grandes réalisations de la maison de Savoie, laissé inachevé en 1793, et transformé magistralement en l'un des plus importants Musée d'art contemporain d'Italie par l'architecte Andrea Bruno, de 1979 à 1984. Visite. Déjeuner sur la terrasse de la Manica Lunga, la très digne pinacothèque 17e siècle des Savoie.

15h00 : départ de Rivoli pour un retour tout doux 





L' Aventure du beau

Des oeuvres et des sites choisis en vertu de leur exceptionnelle capacité créatrice à incarner notre histoire. Une approche lente, sensible et en profondeur afin d'en révéler le sens, comprendre mieux qui nous sommes, et, pourquoi pas, construire une expérience personnelle de la beauté. Des voyages d'art cousus main, en petits groupes d'une dizaine de personnes. Voyager le monde...autrement.