Fédération de Russie

Saint-Pétersbourg-Moscou : deux capitales pour étonner l'Europe

Fédération de Russie

Saint-Pétersbourg-Moscou: deux capitales pour étonner l'Europe

L'art et le prince

Dans le bercement régulier des plaines et des fleuves, le surgissement de deux capitales modelées sur mesure pour, chacune à son heure, étonner l'Europe. Blanche Venise du Nord, sortie d'un geste des marécages du golfe de Finlande, Saint-Pétersbourg danse sur ses 42 îles un baroque italianisant que ne parviennent pas à freiner les perspectives néo-classiques de ses avenues. En son coeur, un Ermitage qui n'a de discret que le nom, où se dévoilent avec faste 250 ans de collectionnisme éclairé. Forteresse médiévale, sanglée dans sa ceinture de monastères crénelés, délaissée puis re-consacrée capitale après la Révolution d'Octobre, Moscou la rouge se vit dans la constante surprise d'un réaménagement urbain pensé pour affirmer, jusque dans son métro, le sens de sa mission politique planétaire. La flamboyance de l'âme russe à fleur de pierre. 

Dans cette Aventure du beau qui prend appui sur le tout récent jubilé de la création du célèbre Musée de l'Ermitage, je vise surtout à dévoiler la formidable énergie créatrice qui mobilisa des centaines d'architectes et d'artistes russes et étrangers autour d'ambitions politiques d'envergure qui ont saisi l'importance de l'art pour donner une forme à la grandeur poursuivie. Vous faire tourner la tête, expérimenter la secrète jubilation artistique à faire puissant, « voir » à l'oeuvre le flux du geste créateur. Voilà un des fils rouges du programme.

L'Aventure du beau aime les métissages culturels. Du savant mixage d'Egypte, Rome, Grèce et Perse de la culture nabatéenne de Pétra à la synthèse gotico-byzantine des fresques de la Bucovine roumaine, en passant par le fondu-enchaîné de l'art byzantin et de la Renaissance à Venise, nous avons déjà fréquenté ces marges de notre histoire artistique, fertiles en moments uniques,. Avec Saint-Pétersbourg et Moscou, nous nous offrons un somptueux pendant nordique au baroque original et au rationalisme acéré de Torino, la perle méconnue des Piémont-Savoie. Ainsi nous nous sentirons assez souvent « chez nous » dans ces deux capitales russo-soviétiques, mais un « chez nous » décalé, lyrique, jouissant sans complexe de ces apports italo-franco-hollando-étasuniens digérés avec beaucoup d'allégresse et ce qu'il faut de nostalgie. Un cocktail « trrrrès spécial ».

L'Aventure du beau ayant la particularité d'organiser des voyages « avec points de vue », nous ne prétendrons donc nullement vous faire visiter ces deux capitales de manière exhaustive. Nous avons donc libéré régulièrement quelques heures en matinée, après-midi ou soirée afin que vous puissiez vivre plus personnellement ce voyage et profiter, selon la saison, des fameuses « nuits blanches » du Nord pour y musarder à votre aise. 


Infos pratiques

 Voysge effectué du 22 juin au 1er juillet 2015, avec un groupe de 12 personnes

Adaptable sur mesure

Contactez-nous 


 


 


 

 

 

Programme

Jour 1: Genève ou Paris/ Saint-Pétersbourg

Vol Genève/Paris-Saint-Pétersbourg

Arrivée en fin d'après-midi. Accueil à l'aéroport et transfert à l'hôtel.

En fin d'après-midi, balade sur les canaux et présentation de l'Aventure du beau dans le fabuleux Jardin du Palais d'été de Pierre le Grand.

Repas en commun et nuit à l'hôtel.

Jour 2 : Saint-Pétersbourg: le geste créateur de Pierre le Grand

Comment une opportunité militaire donne naissance à un chef d'oeuvre urbain. Commencer par la Citadelle, noyau défensif de la future capitale, et sa belle église baroque construite par l'architecte tessinois Domenico Trezzini entre 1714 et 1725. Une île superbement placée pour vous présenter la genèse de la ville qui doit une partie de son tracé à ce Suisse recruté par Pierre le Grand au Danemark.

Une ville incompréhensible sans une vision de son environnement aquatique que nous explorerons partiellement lors d'une deuxième excursion en bateau le long de la Fontanka qui ceinture la ville historique.

Déjeuner et première visite au Palais d'Hiver pour en aborder l'aspect monumental et la fonction de demeure des tsars Romanov. Une visite toute en polyphonie, que je souhaite aussi « égarante » que possible afin de laisser monter les étonnements qui aiguisent la curiosité.  

Dîner en commun et nuit à l'hôtel

Jour 3 : Saint-Pétersbourg, la flamboyance comme programme

En voiture ou en bus, par la côte, jusqu'au Peterhof, le palais que Pierre le Grand, le premier, pardon, le second, à oser se faire une maison de tsar à la campagne, fit construire d'après ses propres dessins dans les collines aux abords de sa nouvelle capitale, un oeil tourné sur Versailles. Du jardin à la salle à manger, entrer dans la légende. Déjeuner au Peterhof. 

En fin d'après-midi nous profiterons de l'ouverture « nocturne » de l'Ermitage pour apprivoiser cette merveille de musée aux centaines de salles réparties dans 6 bâtiments fastueux. Une visite, cette fois-ci, pour approcher une mienne sélection d'oeuvres d'art représentatives du goût de Catherine II et de ses successeurs.

Soirée libre. Le quartier sud de la Moïka et son pont des Baisers, pas loin de votre hôtel ? La magie dansante du théâtre Mariinski (Kirov) ?

Nuit à l'hôtel

Jour 4 : Saint-Pétersbourg, le chantier d'une capitale pressée d'exister

L'urbanisation accélérée des rives de la Neva, surtout la sud, à coup de milliers d'ouvriers et de centaines de professionnels du bâtiment et de la décoration. Une journée-promenade qui nous conduira de l'île Vassilievski, originalement préparée pour devenir le centre de la ville, (où nous irons faire connaissance avec un des premiers palais construits sous Pierre le Grand, le Palais du Prince Menchikov, un fidèle de l'empereur et admirer la façade de la Kounskamera, le Cabinet de curiosités de Pierre le Grand) jusqu'au Monastère Alexandre Nevski, par la fameuse Perspective Nevski, une artère-monument de 4 kilomètres et demi imaginée par Pierre le Grand. 

Afin de percevoir les diverses articulations de cette scénographie urbaine, nous choisirons de commenter en chemin quelques réalisations de référence, comme le palais Stroganov, la galerie commerciale Gostiny Dvor ou la Place Ostrovski et la rue sculpturale de l'architecte italien Carlo Rossi.

Fin d'après-midi et soirée libre. Un petit tour le long du canal Griboïedov ?

Nuit à l'hôtel

Jour 5 : Saint-Pétersbourg, ferments artistiques et révolutionnaires

Notre matinée nous verra à nouveau à l'Ermitage, avec la visite de la nouvelle aile récemment aménagée pour abriter l'art moderne et contemporain. Un régal de muséographie et de collectionnisme avisé. L'après-midi, après un dernier déjeuner quelque part en ville, nous irons humer le climat pétersbourgeois des décennies chaudes ayant précédé la Révolution d'Octobre d'abord à la maison de Dostoievski, grand questionneur de la société russe de la fin du XIXème siècle puis au beau Couvent et Institut Smolny d'où Lénine dirigea l'insurrection qui enclencha la Révolution. En rentrant à l'hôtel, on se refait l'oeil à la Place du Palais d'Hiver où l'événement eut lieu.Repas en commun et dernière nuit pétersbourgeoise à l'hôtel.

Jour 6: Saint-Pétersbourg-Moscou

Matinée libre jusqu'à 11h30. Transfert à la gare.

Train TGV Sapsan, départ à13h30 pour Moscou

Arrivée vers 18h00. Transfert à l'hôtel Repas en commun et nuit à l'hôtel

Jour 7: Moscou, une ville enroulée autour de sa forteresse

A tout seigneur, tout honneur. La belle Place rouge, qui sert depuis la fin du XVe siècle de majestueux marchepied à la forteresse du Kremlin, nous permettra, le contrepoint de Saint-Pétersbourg toujours à l'esprit, d'aborder les premiers rudiments de l'histoire urbaine de cette capitale forgée de haute lutte, avant de nous aventurer (en frissonnant?) dans les murs de ce qui fut longtemps un huis-clos du pouvoir, à la recherche de quelques perles dont la Cathédrale de l'Assomption, celle de l'Annonciation et sa merveilleuse iconostase, ou le Palais à Facettes. 

Après le déjeuner, nous irons flâner dans les rues du quartier Kitai Gorod, du Goum jusqu'à la Loubianka et le théâtre Bolchoï afin de percevoir comment, après les incendies du milieu du XVIe siècle et le transfert de la cour à Saint-Pétersbourg, Moscou a développé un urbanisme grand'bourgeois mêlant traditions architecturales russes, motifs à l'occidentale et créativité constructiviste que lui permettait son statut de siège du gouvernorat de Russie et qui l'a préparée à son destin de capitale moderne. 

Soirée libre, un apéro au panoramique White Rabbit et flâner dans le quartier pédestre de l'Arbatskaia ? Nuit à l'hôtel

Jour 8: Moscou, la planète URSS

Matin : La ville-métropole voulue par Staline pour un destin à la connotation planétaire. En bus, le long des grandes avenues issues du plan régulateur de 1935 forgé pour monumentaliser la ville, nous ferons connaissance avec l'un ou l'autre des grands immeubles résidentiels construits à la suite de la Révolution comme la fameuse Maison sur le Quai. Puis nous approcherons certains des « sept gratte-ciels de Staline ». Destinés à sigler la nouvelle capitale mondiale du communisme, ils font écho aux tours américaines, notamment à l'inspirante American Municipal Building de New York (1930), tout en s'en distinguant par leur fonction d'habitat grand public. 

Après le déjeuner, dans le voisinage de la Loubianka, nous prendrons le fameux métro mis en chantier sous Staline dès 1931, pour nous arrêter dans quelques stations particulièrement intéressantes du point de vue de la mise en oeuvre artistique du message politique soviétique. Avec une petite incursion dans les stations des années de la Perestroika.

Soirée libre, un tour dans le quartier de votre hôtel, Teatralnaïa, largement pédestre et plein de restaurants ? Nuit à l'hôtel

Jour 9: Moscou, l'art au service du message

Matin : La Galerie Tretiakov Modern. Dans ce bâtiment tout neuf, nous aborderons la peinture et la sculpture des avant-gardes russes, fertiles en stimulations créatrices pour tout le champ artistique occidental de l'époque. Du rutilant rayonnisme de Larionov au carré noir de Malevich, pour terminer avec la militance du réalisme socialiste et habiller d'images les visites architecturales et urbanistiques faites la veille. 

Déjeuner proche du fameux restaurant Turandot et du café Pouchkine. Après-midi  libre. Les couvents fortifiés ? La Tretiakov ancienne (de Roublev aux peintres de la fin XIXe siècle) ? Le Bolchoï ? Un tour à l'épicerie barocco-art nouveau Elyseevskïï ?

Repas du soir à l' Etang du Patriarche. Nuit à l'hôtel

Jour 10: Moscou-Genève/Paris

Suivant l'horaire des vols, début de matinée libre : proche de l'hôtel, le Monastère de Saint-Pierre-d'en Haut de la famille de la mère de Pierre le Grand avec 6 églises polychromes du XVIIe dans un jardin, une manière de relier par la pensée Moscou et Saint-Pétersbourg? Novodechi ?

Transfert à l'aéroport et retour en début de soirée.

Lectures pour se mettre dans l'ambiance :

F. Dostoievski les Nuits blanches
John le Carré : The Russia House
Boulgakov : Le Maître et Marguerite





L' Aventure du beau

Des oeuvres et des sites choisis en vertu de leur exceptionnelle capacité créatrice à incarner notre histoire. Une approche lente, sensible et en profondeur afin d'en révéler le sens, comprendre mieux qui nous sommes, et, pourquoi pas, construire une expérience personnelle de la beauté. Des voyages d'art cousus main, en petits groupes d'une dizaine de personnes. Voyager le monde...autrement.