Toscane-Ombrie

Assise-Sienne : les fondements de la peinture occidentale

Toscane-Ombrie

Assise-Sienne: les fondements de la peinture occidentale

L'assise et la grâce

Assise, un vocable  prédestiné, non seulement parce qu'il donne immédiatement à voir l'enracinement terrien de cette petite ville d'Italie centrale qui vit naître et mourir l'un des saints les plus connus et aimés d'Occident, mais aussi parce qu'il évoque à merveille l'art de ce jeune florentin qui révolutionna la peinture européenne à la fin du 13e siècle. A peine plus de vingt ans et déjà, dans cette Italie en pleine poussée d'émancipation de la bourgeoisie commerçante, Giotto fait descendre la peinture du ciel d'or byzantin pour lui donner une assise « réaliste » qui va transformer pour des siècles notre façon de représenter le monde. Les mondes. Une étape fondatrice, franchie justement dans la basilique San Francesco d'Assise, le pinceau attentif à incarner dans la matière picturale la vie de ce François qui fit atterrir la spiritualité de son temps.  Il n'y a pas de hasard.

Encore moins quand l'on songe que quelques années plus tard, le siennois Simone Martini y viendra poser, dans la chapelle Saint-Martin, un cycle de fresques qui sublimera le « réalisme » giottesque d'une grâce aérienne, inscrivant Sienne au registre peu fourni des plus grandes « écoles » de peinture médiévales européennes. Célèbre et célébrée au point que Simone Martini lui-même, avec son ami le poète Pétrarque, sera du voyage papal en Avignon,  diffusant depuis la Provence son goût raffiné de la transparence chromatique. Giotto-Simone Martini-Matteo Giovannetti-Enguerand Quarton. Un beau cadeau pour le gothique français ! 

Alors comment résister à l'envie de relier ces deux monstres sacrés de la peinture ?  Comment se priver de goûter à l'intimité de ces deux villes, l'une, blanche, étalée pour l'accueil et l'autre, rose,  protégeant savamment la coquille vibrante de sa Piazza del Campo? Comment se refuser à tester l'alliance symphonique du vert lumineux et de l'ocre jaune de ces deux paysages ? Sans parler que je renonce déjà à vous entraîner dans la foulée jusqu'au Palais des papes d'Avignon...Trop loin. Mais qui sait. Une autre fois ?


Infos pratiques

Aventure du beau créée avec Voyages Intérieurs du 30 mai au 4 juin 2016 pour un groupe de 12 personnes

Adaptable sur mesure

Contact: info@aventuredubeau.com 

Programme

De Giotto à Simone Martini

Jour 1 : Rome-Assise : remonter le Tibre

Arrivée tôt en avion à Roma Fiumicino.

10H30 : rendez vous et regroupement à l'aéoport puis, en petit bus, remonter la vallée boisée du Tibre jusqu'à la surprenante crête de tuf volcanique où se dresse, derrière la façade miroitante de sa cathédrale gothique, la ville d'Orvieto, où nous déjeunerons. Ensuite direction Assise, toujours par la vallée du Tibre. Arrivée à Assise dans l'après-midi. Apprivoiser la ville qui s'offre toute en terrasses superposées. Première entrée à la basilique San Francesco pour se faire l'oeil.

Présentation de l'Aventure du beau à l'apéritif.

Repas du soir en commun et nuit à l'hôtel

Jour 2 : Assise : le chantier de l'incarnation

De bonne heure à la basilique. Pour la lumière, pour le silence espéré et l'émerveillement de l'oeil. Regarder et voir l'alchimique transformation de l'art. Passer de Cimabue, le défricheur de formes à Giotto, l'incarnateur. Ne pas tout explorer. Laisser le temps faire son oeuvre d'imprégnation.

La fin de la matinée (s'il en reste) est libre, jusqu'à l'heure du déjeuner pris en commun en ville. Un petit tour perso à Santa Chiara ? Rendez-vous à la basilique à 16h pour une deuxième Aventure du beau en compagnie de Giotto.

Repas du soir en commun et nuit à l'hôtel

Jour 3 : Assise-Sienne : une rivalité complice

Une dernière visite matinale à la basilique  pour découvrir La Cappella di San Martino, de Simone Martini. Sentir ce qui est en train de se jouer.

Départ vers 10h pour Sienne en passant par Cortona, centre étrusque à pic sur la Valdichiana (magnifique Annonciation de Beato Angelico au Museo Diocesano) puis prendre la route pittoresque du Monte San Savino, sonder le jaune des désertiques Crete Senesi et découvrir le ventre cistercien béant de l'abbazia di San Galgano  au milieu de sa forêt, avant d' arriver à Sienne en fin d' après-midi en espérant la douceur du coucher du soleil sur ses 7 collines.

Installation à l'hôtel et vagabondage dans le centre historique. Repas du soir en commun et nuit à l'hôtel.

Jour 4 : Sienne : la fièvre créatrice

Grimper au sommet de la ville par les petites rues et déboucher sur la Piazza Duomo. Majesté bicolore, modernité antique de cette architecture zébrée de marbres. Découvrir dans les reliefs de la chaire en marbre de Nicolas Pisano et de son fils une recherche de plasticité qui nous fait mieux comprendre le choix stylistique de Giotto. Essayer de ne pas oublier la filiation secrète jusqu'à Michelange, juste un peu plus loin. Très riche ce duomo. Inépuisable.

Déjeuner en ville et découverte libre jusqu'à 16h.

Puis l'hommage à la Maesta de Duccio di Buoninsegna portée en triomphe en ville à son achèvement en 1311 au Museo dell'Opera del Duomo. Et l'occasion de discerner les caractéristiques de l'école siennoise.

Repas et soirée libres

Jour 5 : Sienne : la peinture comme apprentissage du monde

S'asseoir de bonne heure au sommet de Piazza del Campo pour respirer l'harmonie de cette conque hors du commun. Descendre lentement en direction de Palazzo Pubblico. Des fresques des frères Lorenzetti au cavalier solitaire de Simone Martini, l'Aventure du beau se fait ici plus politico-culturelle. Mais aussi plus poétique avec un arrêt prolongé l'après-midi devant la somptueuse Maestà de Simone Martini. En sortant, s'arrêter sur les marbres Renaissance de Jacopo della Quercia à la Fonte Gaia.

Repas en commun et nuit à l'hôtel

Jour 6 : Sienne-Rome

Descente sur Rome, déjeuner au bord de la mer et arrivée à l'aéroport à 15H00. 

Chaque jour:

des moments d’aventure en groupe, des plages libres pour les expériences et les rencontres individuelles, des instants de partage collectif.



"L'atelier du beau et du ...bon" comme dirait Monique

Le choc d'une révolution artistique révélatrice des profondes mutations qui ont préparé l'Europe de la Renaissance

 



L' Aventure du beau

Des oeuvres et des sites choisis en vertu de leur exceptionnelle capacité créatrice à incarner notre histoire. Une approche lente, sensible et en profondeur afin d'en révéler le sens, comprendre mieux qui nous sommes, et, pourquoi pas, construire une expérience personnelle de la beauté. Des voyages d'art cousus main, en petits groupes d'une dizaine de personnes. Voyager le monde...autrement.