Les carnets du Beau

02.11.2016

Chroniques du Nouveau Monde 2


Au coeur des Missions Jésuites de Bolivie

La piste de terre brune, grasse de la pluie d'hier, troue la forêt sur plus de cent kilomètres. Camps de défricheurs abrités sous une bâche bleue devant les fumeroles des parcelles brûlées, pneus suspendus à une potence en bois où court laconique l'indication Colonia Berlin ou simplement Km 41, quelques vaches blanches sorties de nulle part, des milliers de termitières alignées comme des bornes. On entrevoit une ou deux cabanes, parfois juste une allée à peine esquissée dans la végétation dense menant peut-être à une de ces fameuses estancias de plus de 10'000 hectares propriétés des Menonites, sortes d'anabaptistes adeptes intégristes de Zwingli, venus s'installer là en nombre à la fin des années 1950, après bien des migrations intermédiaires. Une longue histoire.

Mais ce n'est pas celle qui motive notre périple d'une semaine dans la zone tropicale de la Bolivie, occupés que nous sommes à pister quelques-unes de ces "réductions" jésuites qui de 1691 à 1767 ont modifié en profondeur l'histoire de cette province stratégique de l'empire espagnol, située à la frontière sud-ouest du Brésil portuguais, et inscrit au Patrimoine mondial UNESCO, en 1990, une dizaine de villages et d'églises de la région des Chiquitos.

D'abord c'est l'immense place centrale, magnifiquement arborisée d'arbres-bouteilles, de cytises, de manguiers, qui nous saisit au coeur. Sortis à grand peine du brouillamini de la "jungle" cette ordonnance cultivée est un repos. Autour de ce carré magique, sur trois côtés s'alignent, perpendiculaires, de longs ilôts de maisons aux avant-toits soutenus de pilliers en bois formant galeries. Quant au côté ouest, il est occupé par une longue clôture où s'encastrent une église, une tour-campanile et une entrée latérale dans une sorte de cloître où étaient situés les écoles, les ateliers d'artisanat, la maison des deux ou trois jésuites qui dirrigeaient la mission.

Partout, sur les murs en pisé blanchis, de la peinture, dedans bien sûr mais aussi dehors. Des milliers de motifs végétaux déclinés en trois tons d'ocre, du jaune au rouge purpurin. J'en ai la tête qui tourne. Et des retables sculptés et dorés, des Vierges aux visages graves d'indiens, des saints Ignace de Loyola méconnaissables, des angelots ravis dans tous les coins. Une oeuvre d'acculturation à double tranchant qui alimentera bien des conversations dans notre petit groupe tout au long de notre circuit, de San José de Chiquitos, à San Rafael, Santa Ana, San Miguel, San Ignacio de Velasco, Concepcion, pour trouver un somptueux point d'orgue dans la toute blanche San Javier, construite par le jésuite suisse Martin Schmidt en 1755 et restaurée en 1987 par l'architecte lucernois Hans Roth.

Je ne nous savais pas si "en famille" dans ce coin perdu de Bolivie.

Marie

Expéditon Amérique du Sud avec Voyages et Culture
du 22 octobre au 23 décembre 2016
Le carnet de Marie Morand



Archives



L' Aventure du beau

Des oeuvres et des sites choisis en vertu de leur exceptionnelle capacité créatrice à incarner notre histoire. Une approche lente, sensible et en profondeur afin d'en révéler le sens, comprendre mieux qui nous sommes, et, pourquoi pas, construire une expérience personnelle de la beauté. Des voyages d'art cousus main, en petits groupes d'une dizaine de personnes. Voyager le monde...autrement.